Spécial Saint Valentin : Rocksteady Time !

disque de rocksteady

Rocksteady

En ce jour de Saint-Valentin, j’ai envie de rendre hommage à un style de musique jamaïcain génial et très « lover » : le Rocksteady.

J’ai déjà abordé son histoire dans les grandes lignes, l’idée ici c’est d’aller un peu plus loin en proposant une petite playlist réunissant une vingtaine de groupes et chanteurs ayant marqué ce courant. Je ne suis pas un grand adepte de cette fête, néanmoins je trouvais que l’occasion se prêtait bien pour ouvrir une parenthèse « rocksteady ». J’ajoute que c’est une période qui me tient à cœur. L’idée d’y consacrer un post trottait dans ma tête depuis un certain temps déjà.

Commençons par un petit rappel : le Ska fut le premier style musical inventé par les jamaïcains et célébrait l’indépendance de l’île obtenue en 1962. Les rythmes endiablés et chargés en cuivres faisaient danser toute la Jamaïque dans la bonne humeur. La scène jamaïcaine s’est structurée avec des artistes comme Skatalites, Byron Lee And the Dragonaires, Prince Buster, Desmond Dekker, Les Wailers ou encore Toot’s Hibbert. Pour l’anecdote : lorsque les Wailers ont auditionné chez Clément Coxsonne pour la première fois, les premiers morceaux n’ont pas réussi à le convaincre. C’est alors que Peter Tosh commence à chanter « Simmer Down », un titre qui a immédiatement séduit Sir C. Le lendemain, les Wailers étaient de retour au studio pour enregistrer le morceau avec la participation des Skatalites. Voici l’extrait:

Le contexte social influence beaucoup l’évolution de la musique, progressivement le doute sur le futur de la nation s’est installé dans l’esprit des jamaïcains. A partir du milieu des années 1960’s, le rythme se décélère, les compositions deviennent moins riches musicalement avec des cuivres ne marquant plus que le refrain. On le ressent aussi au travers de l’écriture, où l’on voit doucement apparaître des textes exposant le contexte social ainsi qu’un retour à des thèmes s’approchant du Blues. Le rocksteady est parfois qualifié de Soul jamaïcaine ou l’amour et les filles font également partie des thèmes centraux. Une anecdote plus fantaisiste existe quant à l’émergence du genre. Lors d’un concert de ska d’Alton Ellis, surnommé « mr Soul »,  le bassiste était malade. Alton Ellis s’empara alors de la basse mais ne parvint pas à reproduire l’accord propre au ska, le shuffle se trouva modifié, et ce serait la naissance du rocksteady. Il est considéré comme le précurseur du rocksteady et a même produit un titre éponyme « Get Ready, Rocksteady » dont voici l’extrait :

Derrière Alton Ellis, le paysage musical s’est profondément enrichi. La scène jamaïcaine va littéralement exploser. Aux cotés de chanteurs déjà confirmés comme Ken Boothe, Stranger Cole, Delroy Wilson (qui a enregistré ses premiers titres à seulement 14 ans), l’exceptionnel Jackie Opel ou Jackie Edwards, pléthore de groupes se forment : The Heptones, The Paragons, The Jamaicans, The Techniques, The Uniques, The Sensations, The Cables, The Clarendonians, The Gaylads et tant d’autres encore.  Excepté les Heptones, la plupart de ces formations ont connu un rayonnement local assez court ponctué par un ou deux albums mais n’ont pas réussi à se renouveler musicalement. Nombreux membres issus de ces groupes ont alors poursuivi leur carrière en solo avec plus ou moins de succès, pensons à John Holt, Bob Andy, I-Kong, Slim Smith, Cornell Campbell ou bien Leroy Sibbles. Les premiers opus solo des chanteurs présentent clairement la transition entre rocksteady et reggae. Le troisième temps marqué par une caisse claire se fait de plus en plus pressant. Du rocksteady au reggae, il n’y eu qu’un pas, ou plutôt que quelques accords à modifier. Il fut franchi en 1968, mais qu’il est dur de dire qui est le père fondateur du reggae : Toot’s and The Maytals, Clancy Eccles, Bob Marley ??!  En attendant, la playlist que je vous propose présente une vingtaine de chansons d’interprètes différents s’étalant entre les années 60’s et 80’s. Je conclus par quelques morceaux de « reggae lover » que j’affectionne avec Johnny Clarke ou Lacksley Castell. La qualité sonore de certains morceaux laissent parfois à désirer mais reste audible… Je souhaitais vivement partager tous ces morceaux, bonne écoute à tous !

Publicités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :