Review du mois : Gadfrey Lewis

chanteur reggae Jamaïcain, Gadfrey Lewis

Gadfrey Lewis – « Let The Message Play » (1982)

La Jamaïque regorge de trésors musicaux parfois bien enfouis. Le dernier jour de chaque mois sera l’occasion de mettre un petit coup de projecteur sur certains d’entre eux ! Commençons par Gadfrey Lewis et son album « Let The Message Play ». 

Il y a malheureusement très peu d’éléments de biographie à son sujet. Alors parlons directement de son œuvre. Il a publié son premier single en 1981 intitulé « Promised Land » pour le label Creation.

L’année suivante, il grave vraisemblablement son seul et unique album : « Let The Message Play ». Ce dernier a été enregistré en Jamaïque à l’Aquarium Recording Studio et est publié sur un label allemand peu connu en 1982 : Schallmauer. Malgré un tirage limité, il s’agit d’un vrai petit bijou qui mériterait plus de reconnaissance ! « Let The Message Play » rassemble 8 titres originaux, produits, arrangés, écrits et composés par Gadfrey Lewis himself !

Gadfrey Lewis a été accompagné par quelques célèbres musiciens de Jamaïque. Parmi eux citons, le guitariste et ingénieur du son Willie Lindo, Noel « Scully » Simms aux percussions, Tony Green au saxophone (qui a joué pour Gregory Isaacs, Ijahman Levi…) ou encore Harold Butler (membre de Toots and The Maytals) au clavier. Au total, plus de 15 musiciens ont participé aux sessions d’enregistrement sous la houlette de 3 ingénieurs du son : Christopher Daley, Conrad Malcom et Mervin Williams. Le résultat est plus que parfait : un reggae root’s hypnotisant, juste et précis parsemé de cuivres, d’accents dub, rock ou blues ainsi que de petites intonations jazz. Willie Lindo prend aussi la basse sur l’excellent « Tribute To The Honner Rebel », un titre qui rend hommage à Bob Marley.

Dès le premier titre qui n’est autre que « Let The Message Play », il place la barre très haute. Sa voix renversante se dépose avec délicatesses sur une composition calibrée au millimètre qui se conclut sur des accents de blues guitare ! L’histoire se répète sur la majeure partie des morceaux comme « Dread Locks Man », « Africa, Africa » ou « My Brown Eyes ». Chaque titre apporte une énergie musicale un peu différente. La cohésion entre la voix, les textes et les musiques est impeccable. Même si il reste assez méconnu, « Let The Message Play » provoque une bonne claque émotionnelle ! De la pochette sympathique jusqu’au fond de l’album, tout a été pensé avec cohérence ! Je vous laisse avec quelques extraits: évidemment le titre éponyme mais aussi « Dreadlocks Man » et  « Tribute To The Honner Rebel ». Enfin pour les plus curieux, en allant faire un petit tour sur un célèbre site de partage de vidéos, il est possible de trouver le contenu intégral (un indice ? Ok… c’est par ici ).

 

« Let The Message Play »

« Dreadlocks Man »

« Tribute To The Honner Rebel » (faussement appelée « Jah Live » par l’auteur de la vidéo)

Publicités

Tagué:,

Une réflexion sur “Review du mois : Gadfrey Lewis

  1. […] du son Christopher Daley et Mervyn Williams, auteurs d’un grand nombre de projets dont celui de Gadfrey Lewis. Carrier ravive la flamme qui avait jailli des 70’s. Bien évidemment la flamme ne s’est jamais […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :