Rencontre avec Yellam

artiste reggae français, Yellam

Yellam et les Roots Radics (Crédit photo: Yellam)

A l’occasion de la sortie de son dernier album « The Musical Train », dans les bacs depuis le 21 octobre dernier, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Yellam.

La Vie Reggae (LVR) : Bonjour Yellam, tout d’abord merci d’avoir accepté l’interview. Peux-tu commencer par une petite présentation de ton parcours musical ?

Yellam (Y) : « J’ai commencé dans les soundsystem en 2007. Au départ, je faisais mes études et j’avais la musique à côté. J’ai joué dans un premier groupe qui s’appelait Rising Steppers avec qui j’ai fait quelques dates. C’est quand je suis revenu d’Angleterre en 2011 que nous avons décidé de monter un projet plus professionnel. S’en est suivi l’album « Turn Up The Sound » puis l’EP l’année dernière et maintenant « The Musical Train » ».

 

LVR : Qu’est ce qui t’a donné envie de faire du reggae ?

Y : « J’ai grandi avec la black music. Mon père écoutait beaucoup de jazz et de soul. En 2004, j’ai eu la chance de voir Sly & Robbie en concert. J’ai pris une énorme tarte : ça réunissait tout ce que j’aimais. J’ai commencé à m’intéresser aux cultures reggae et jamaïcaine. Étant d’origine américaine, j’aimais bien le patois jamaïcain. Je m’y suis intéressé et ça m’a donné envie d’aller dans cette voie. J’ai pour volonté de mélanger mes différentes influences et d’ouvrir ma musique un peu plus vers la soul. Beaucoup d’artistes jamaïcains des 60-70’s étaient influencés par la soul américaine. Le reggae reste ma musique de cœur après j’écoute plein d’autres styles de musique pour créer mon propre truc ».

 

LVR : A la suite de ton EP, tu retires la particule « Junior », comment définis-tu l’évolution de ton identité musicale ?

Y : « J’ai commencé en tant que Yellam sans avoir cette particule. C’est un truc que j’ai eu quand j’ai traîné avec des artistes jamaïcains comme Chezidek ou Perfect. Étant le plus jeune, ils avaient l’habitude de me surnommer « Junior ». J’ai décidé d’intégrer la particule à mon nom de scène. Sur l’EP, il y a eu beaucoup plus de maturité et de travail dans le son, les textes et les mélodies. Notre musique a évolué et j’ai donc voulu enlever la particule Junior. »

 

LVR : En fin d’année, 2013, tu es parti en Jamaïque, quel était l’objectif ?

 Y : « C’était le premier voyage pour découvrir le pays et m’imprégner de la culture locale. J’ai un ami jamaïcain qui habite dans le milieu de la Jamaïque en pleine campagne et qui m’a hébergé. J’ai été très bien accueilli. J’ai vécu comme un « yardies » pendant un mois. Côté musique, tout se passe à Kingston. J’y suis allé pour prendre mes marques, rencontrer des gens et faire quelques studios ».

 

LVR : Comment s’est passé l’enregistrement de l’album ?

Y : « Je suis reparti fin septembre 2015 pour un mois. Ce deuxième voyage a été fait dans le but d’enregistrer cet album avec de vrais musiciens. On avait les chansons et on voulait du son roots. Le meilleur moyen c’était d’aller sur place. Jericho du label Ire Ites avait le contact de Flabba Holt le bassiste des Roots Radics. En arrivant, on l’a contacté pour parler de notre projet. On a formé une équipe avec Lincoln Style Scott, Dwight Pinkney, Nambo Robinson et Ansell Collins et on est parti en studio. Ce sont des musiciens d’expériences capables d’enregistrer une vingtaine de riddims par jour. En une ou deux prises, les enregistrements étaient là. On a ensuite posé les chœurs, ce sont les Tamlins sur la majorité des chansons. Il y a aussi une ou deux chansons qui ont été enregistrées en France par mon groupe Green & Fresh. On a ramené les bandes de Jamaïque en France puis il a fallu s’occuper du mixage ».

 

LVR : Est-ce que tu as enregistré des morceaux de l’EP en Jamaïque ?

Y : Non pas du tout. L’EP est sorti en novembre 2015. C’était une sorte de transition car l’album a mis du temps à se créer. Les enregistrements se sont faits très vite mais on a pris notre temps pour le mixage et le mastering de l’album. On voulait préparer un beau projet. On a préféré repousser un peu et sortir cet EP avec deux morceaux exclusifs pour faire patienter les gens tout en créant un pont vers cet album. C’est pour cela qu’on l’a appelé « Get On Board » qui signifie monter à bord. Il emmène vers « The Musical Train » ».

 

LVR : Pourquoi le titre « The Musical Train » ?

Y : « C’est l’idée de voyage que nous voulions transmettre à travers l’album. Cela fait des années qu’on se développe. Nous avons tous été un peu autodidactes dans le groupe et nous avons toujours vu notre évolution comme un train. Le but c’était d’embarquer les gens dans nos wagons. Il y a eu l’album et maintenant on va diffuser le message en live. C’est la finalité du projet. Sur cet album, il y a beaucoup de jamaïcains qui se sont investis. Nous allons donc créer un live pour que les gens aient l’impression de revivre cette vibration roots, mais sans aucune prétention ».

 

LVR : Peux-tu parler des featurings ?

Y : « Il n’y a que du feeling autour de ces featurings. Ce sont des artistes avec qui j’ai passé du temps. J’ai rencontré certains artistes grâce au label Ire Ites. Skarra Mucci venait passer du temps au studio où je travaillais. Il faisait des tournées avec le soundsystem Irie Ites tout comme Perfect, Trinity et U-Brown. Pour Sizzla, la rencontre s’est faite en Jamaïque. J’ai tapé à son portail et passé du temps avec lui au cours de mes deux voyages. J’ai dû prouver ce que je savais faire. Je suis reparti la première fois sans enregistrer mais avec sa promesse de le faire par la suite. Et ça était chose faite lors du second voyage ! »

 

LVR : Quels sont les messages que tu véhicules dans tes textes ?

Y : « Un album s’écrit sur la période et les moments que tu vis. C‘est surtout cela qui m’inspire. Il y a des périodes plus fructueuses que d’autres au niveau de l’écriture. Cet album a été largement inspiré par la découverte de cette ile et des gens là-bas. « One Love » raconte un peu les trucs typiques de la Jamaïque. « Musical Train » raconte la métaphore du train. « Heaven’s Doors » a été écrite à la mémoire de Lincoln Style Scott, décédé juste après mon retour en France. Il y a deux titres liés qui racontent une histoire d’amour : un commencement avec « Sweet So » et une fin avec « Let’s Move On » qui évoque une rupture tout en rappelant qu’il faut continuer à avancer. Il clôt l’album et ajoute une touche beaucoup plus soul que les autres. C’était un but d’ouvrir vers ce style, il faudra nous attendre avec plus de sonorité soul sur nos projets futurs ».

 

LVR : Quels sont tes projets à venir ?

Y : « Le but sera de défendre l’album en live. Nous serons le 31 janvier au Petit Bain à Paris pour la release. Il y aura des invités, on va créer un bel évènement. Puis il y a d’autres dates prévues en France et à l’international. Après dans notre coin, nous sommes une petite dizaine et nous avons d’autres projets en tête. On développe des activités connexes à la musique pour bâtir un projet solide. Par exemple on a monté notre boite vidéo. On réalise des clips pour d’autres personnes. On envisage de tourner un second clip en Jamaïque (après « Galong »). Par ailleurs, j’ai beaucoup accroché avec l’album du groupe new yorkais The Frightnrs sorti au cours de l’année. Une date est prévue à New York et j’aimerais en profiter pour les contacter. J’adorerais bosser avec eux ».

 

LVR : Un dernier mot pour les lecteurs ?

Y : « Ne pas hésiter à nous suivre et écouter l’album, on a mis notre cœur dedans. On a voyagé et on espère qu’ils rentreront dans le musical train avec nous et qu’ils ne seront pas déçus de la suite du voyage. Merci à vous ».

 

LVR : Si tu partais sur une ile déserte, quel morceau emmènerais-tu avec toi ?

Y : « Lennie Williams – « Cause I love You » ».

 

Au final, après un premier album intéressant, Yellam revient avec un second volet encore plus puissant qui respire parfaitement le parfum des 70’s. Le chanteur ne peut pas s’y tromper en conviant un des bands les plus célèbres de la Jamaïque. En effet, les Roots Radics ont accompagné les plus grands artistes de l’île (Johnny Osbourne, Gregory Isaacs, Barrington Levy…). Côté chant, Yellam nous montre qu’il est à l’aise à la fois en mode rub a dub style sur les sublimes « Galong » ou encore « Musical Train » et en mode soul avec le blessant « Let’s Move On » qui referme ce disque de la plus belle des manières. L’album met en ébullition de la 1 à la 13e chanson. Et que dire des featurings explosifs qui jalonnent le disque ! Le manseau partage la vibe avec Sizzla, Perfect, Skarra Mucci et les vétérans Deejays U-Brown & Trinity !  Je vous laisse avec le titre « One Love » en session acoustique. Vous pouvez aussi retrouver ses clips officiels par ici  et d’autres sons par là ainsi que la liste des concerts plus bas. Je remercie encore Yellam et toute son équipe pour l’interview et l’acoustique ainsi que Max d’iWelcom pour l’organisation. Large Big Up !

 

 

 

YELLAM EN CONCERTS
24.11.2016 – ECQUEVILLY – La barde Atomique (Showcase grosse radio reggae)
25.11.2016 – AVIGNON – Passagers du Zinc (1ère partie Biga Ranx)
26.01.2017 – TOULOUSE – Le Bikini (1ère partie Biga Ranx)
31.01.2017 – Le Petit Bain – Paris  (Release-Party)
09.02.2017 – PLOERMEL (56) – Le Thy’roir
18.02.2017 – LES HOUCHES – Festival des Houches
17.03.2017 – BRETIGNY SUR ORGE – Le Rack’am
24.03.2017 – VALMENEIR – Festival Uni’Son
01.04.2017 – ANCENIS – Festival RENK’ART
21.04.2017 – CREON – Le Festin Musik
25.05.2017 – PLEMY – Festival l’Ascension du son
26-27-28.05.2017 – SAINT-LAURENT-DE-CUVE – Papillons de nuit
25.06.2017 – VILLARD DE LANS – Festival Canap’art
7-8-9.07.2017 – EMBRUN – Trad’in Live Festival
7-8-9.07.2017 – MONTMARTIN SUR MER – Chauffer dans la noirceur
22.07.2017 – CHANTENAY VILLEDIEU – Festival de la rillette
04-05-06.08.2017 – BORDEAUX – Reggae Sun ska
11-12-13.08.2017 – FRAISANS – No Logo

Publicités

Tagué:, ,

Une réflexion sur “Rencontre avec Yellam

  1. […] les lyrics avec les jamaïcains Sizzla, Perfect, Skarra Mucci et les vétérans Trinity et U-Brown. Yellam nous livre un album qui respire l’authenticité et la chaleur de la […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :