Rencontre avec Jahneration

artiste reggae français, Jahneration

Jahneration: Théo à gauche et Ogach à droite (Credit Photo: Baptiste Cazaubon)

A l’occasion de la sortie du premier album de Jahneration, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Théo et Ogach pour parler du projet !

La Vie Reggae (LVR) : Bonjour à vous, tout d’abord merci d’avoir accepté cette interview. Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Ogach (O): « Nous sommes Jahneration, avec Théo et Ogach. Nous avons créé le groupe il y a 6 ans maintenant et nous nous sommes entourés du groupe actuel depuis une bonne année et demie. On sillonne les villes de France et  d’ailleurs pour défendre notre album qui va sortir et des titres un peu plus anciens. Il y a eu un premier EP en janvier 2013. Cela fait un petit bout de temps qu’on commence à tourner et ça se passe plutôt pas mal ! »

 

LVR : Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire du reggae ?

Théo (T) : « On avait déjà deux groupes de rock avec Ogach en 4eme dans le même collège. En 1ère on s’est croisé et là on a eu l’idée de monter un groupe ensemble. Avec des potes, on a commencé à faire du punk. On s’est fait une répète avec une compo, puis en sortant de la répète, on s’est dit que ce n’était pas possible. Et comme on était à fond dans le reggae on a décidé de se lancer ».

: « On a déclenché une ou deux compos reggae qui ont été mises sur l’outil Myspace. On a eu un bon retour à l’époque et on a continué parce que le reggae nous plaisait bien ».

: « Au fil du temps, on a rencontré pas mal de gens comme Terri Bible. Il y a quelques années, nous sommes tombés sur Arthur du groupe Root’N Nation qui fait aujourd’hui partie de notre formation. Il nous a proposé de passer chez Ovastand Records, un label de la région parisienne. Depuis, on a monté ce groupe avec 4 musiciens fixes. Ce sont des personnes super motivées, c’est agréable de travailler avec eux ».

 

LVR : D’où vient le nom Jahneration ?

T : « Cela fait 6 ans maintenant. On était en 1ere et c’est un passage de la vie où tu ne sais pas trop où tu vas. On est tombé sur Terry Bible qui nous a beaucoup parlé du reggae et de la spiritualité Rasta. On a fait ce petit jeu de mot parce qu’on pense être une génération inspirée. On voulait faire un truc différent dans le reggae ».

O : « Comme le reggae est spirituel de base, on voulait se rappeler de son origine dans notre nom. On s’est approprié le nom au fil du temps à travers les chansons et les messages conscients que l’on transmet. C’est peut-être un peu naïf à la base mais on l’assume totalement ».

 

LVR : Comment définir votre registre musical ?

O : « C’est un style assez hybride entre globalement une grosse influence reggae et une influence hip hop « slash » tout ce que tu veux. Il y a des musiques qui s’ouvrent à des univers un peu plus modernes comme des univers électroniques. Sur l’album, on a deux morceaux qui ne ressemblent pas à du reggae pur et dur. C’est vers quoi on tend en ce moment ».

T : « On est très à l’affut de musiques. Si un style nous plait, on le testera. On aime aller sur plein de terrains différents pour apporter de la nouveauté ».

 

LVR : Quel est le rôle joué par les réseaux sociaux dans le développement de votre musique ?

O : « Cela a joué un rôle déterminant. On est à plus de 6 millions de vues sur notre chaîne YouTube avec 15 000 abonnés. Cela a permis d’élargir notre base de fans. En plus, nous avons les retours des gens directement. Ils nous boostent avec des messages hyper encourageants. Cela nous motive à fond ».

T : « Jahneration, c’est même un produit d’internet. Cela a déterminé notre avenir. Ce qui est super intéressant avec ces nouveaux médias c’est que ça nous a permis de négocier des dates de concert sans forcément passer par les médias traditionnels. On avait notre propre base de fans pour peser vis-à-vis des programmateurs. C’est devenu (et c’est encore) un outil de démarchage. Un outil démocratique qui permet d’avoir quelque chose de juste. De plus, c’est un outil drôle et créatif. C’est juste quelque chose d’essentiel de nos jours ».

 

LVR : En 2015, vous intégrez Ovastand Records. Qu’est-ce qui a changé en intégrant ce label par rapport à avant ?

O : « Cela a changé la fréquence des concerts et l’expansion de la notoriété du groupe. Il y a deux bookers au sein du label qui sont également pianiste et guitariste dans le projet. Ils nous ont trouvé des dates. On sera à 80 dates en décembre. Ils ont fait un travail formidable ! »

T : « On a touché un public large grâce aux réseaux sociaux mais avec Ovastand, on a pu toucher un public de programmateurs, de médias et de professionnels de la musique. Cela donne un aspect plus professionnel et de la rigueur. On peut toucher encore plus de monde ».

 

LVR : Pourquoi avoir appelé l’album « Jahneration » ?

O : « C’est un peu notre carte d’identité. On a cherché un titre et on s’est dit que ça tombait sous le sens d’appeler le premier album ainsi. Cela marque le début d’une aventure ».

 

LVR : De quoi parle l’album ?

O : « Il parle de beaucoup de choses. Il parle de nous vu que c’est un album qui s’appelle justement « Jahneration ». Il y a des aspects qui expliquent qui nous sommes et comment nous voyons notre musique. Il y a également des messages d’espoir pour notre génération. On parle un peu des travers dans lesquels notre génération peut tomber comme la drogue par exemple. On ne veut pas être moralisateurs mais juste des représentants de cette génération. Il y a aussi des messages universels pas uniquement adressés à notre génération qui parlent d’amour. Le dernier morceau appelle à la paix ».

T : « Ce dernier titre parle un peu de ce qui s’est passé à Paris. C’est une petite griffe pour exprimer ce que nous avons ressenti. Il y a aussi des trucs plus futiles comme « Badminds », c’est notre culture. Un univers qu’on a bâti depuis un moment, une sorte de récapitulatif ».

 

LVR : Qu’évoque la pochette de l’album ?

pochette album Jahneration

 

O : « Deux univers qui constituent ce qu’il y a au milieu. C’est notre complémentarité : une touche plus hip hop d’un côté et plus reggae de l’autre ».

T : « On a voulu s’affranchir des codes traditionnels du reggae. Même sur le premier projet, il y avait juste un petit bandeau vert, jaune et rouge. On aime bien cette image un peu moderne, limite un peu électro et hip hop. On avait envie de faire ce type de visuel ».

 

 

 

LVR : Pouvez-vous parler de vos collaborations ?

O : « Toute collaboration a son histoire. Ce sont des personnes qui nous ont inspirées. Ils font partie de l’univers Jahneration. On connait Naâman depuis longtemps. Cela a été une évidence pour nous de concrétiser un deuxième morceau avec lui car il symbolise le premier départ avec Jahneration ».

T : « J’ai croisé Meta Dia, il y a deux ans à l’île de la Réunion lorsque que j’étais parti en tournée avec un groupe cambodgien. Il s’est passé un truc fort humainement. Deux ans après, on a fait des dates en commun avec Jahneration. Il s’est très bien entendu avec toute l’équipe ».

O : « On a fait un morceau qui parle d’amour et quoi de mieux que de le faire avec quelqu’un rempli d’amour ! Dean Fraser était présent lorsque nous avons joué dans un festival en Alsace. Il est resté une bonne partie du concert. On a bien sympathisé et on l’a contacté 3 jours après pour lui proposer de faire quelques lignes de saxo pour un de nos morceaux. Il y a aussi DJ Nixon avec qui on a fait une date en commun il y a deux ans. C’est le DJ d’Al’Tarba, producteur de hip hop français. On avait bien accroché et il nous a fait les cuts à la fin du morceau qui affirment un peu plus ce côté Hip Hop qu’on voulait ».

 

LVR : Pensez-vous qu’il existe une certaine solidarité entre artistes ?

O : « Je pense qu’on peut avant tout parler d’une amitié musicale plutôt que d’une solidarité. C’est Naâman qui nous a fédérés. Ce petit normand qui retourne le public. Ça nous a beaucoup touchés. Nous avons vécu des moments très sympas. Il nous a présenté à des personnes comme Scars ou encore Mardjenal. Les gens aiment bien voir ce regroupement d’artistes. Avec le morceau qu’on avait fait ensemble « We All », il y a eu un très bon retour du public. C’est assez sincère entre nous tous. On aime tous être ensemble ».

T : « Il y a aussi un profond respect pour les musiques de chacun. Chacun a son propre univers. Nous sommes toujours très contents de nous retrouver ».

 

LVR : Vous avez fait une tournée en Inde, quels souvenirs en gardez-vous ?

O : « Baptiste, l’un des bookers avait un contact d’une tourneuse en Inde qui s’occupe de faire venir des groupes internationaux afin de diversifier la scène musicale indienne. C’était une expérience fabuleuse remplie de bons souvenirs et surtout avec des gens qui ont accroché de manière spectaculaire. On ne s’attendait pas à avoir de tels retours. On a joué devant des gens qui ne connaissaient pas le reggae ».

T : « C’était une belle aventure. On a fait de belles rencontres comme à Goa avec des artistes de reggae. Il y avait Naâman, un italien qui s’appelle Forelock et Zafayah le numéro 1 en Bulgarie. On a aussi échangé avec des rappeurs de Bombay qui nous ont invités dans leur slam ».

O : « Puis on les a invité sur scène à Bombay. Il y a eu un gros partage musical. Pour eux c’était absolument impossible de jouer dans cette salle parce qu’il y a encore cette histoire de castes dans la société. Même si c’est implicite cela existe encore ».

 

LVR : Un dernier mot pour les lecteurs ?

Jahneration : « Merci de s’intéresser à notre musique. Sans les réseaux sociaux et le public on ne serait pas là. C’est vraiment eux qui ont fait ce bloc pour qu’on en arrive là. Merci de croire en nous mesdames et messieurs. Merci pour tout ! N’hésitez pas à nous envoyer des messages et venir nous voir ! »

 

LVR : Si vous partiez sur une île déserte, quel morceau emmèneriez-vous ?

O : « Gappy Ranks – « Shining Hope ». En fait on a tellement d’influences qu’on n’a pas un seul titre qui se dégage des autres ! »

T : « Je ne sais pas, je pense que j’emmènerais une guitare plutôt qu’un son (rires) »

 

Au final le groupe sert 11 titres percutants qui reflètent ses différents univers musicaux. Les franciliens mélangent avec finesse du reggae, du hip hop et des sonorités plus modernes. Le titre d’introduction « Run Away » présente le duo et sa formule hiphop/reggae sur une instru au skank électrique ! La suite de l’album est un véritable récital avec des titres tout aussi énergiques tels que « Come Aboard », «No Want » ou « Reload » sans oublier les échanges musicaux avec Naâman, DJ Nixon ou encore Meta Dia ! Le groupe organisera sa release party le 21 janvier prochain au Nouveau Casino à Paris. Je vous laisse avec une vidéo live acoustique de « Badminds ». Retrouvez plus d’informations sur le site officiel de Jahneration et l’album par ici. Encore un grand merci à Théo et Ogach pour l’interview et l’acoustique ainsi qu’à Max d’iWelcom pour l’organisation ! Big Up !

 

Retrouvez Jahneration près de chez vous:
30.11.2016 – Toulouse (31) – Connexion Live
02.12.2016 – Bordeaux (33) – Rock School Barbey
03.12.2016 – Angers (49) – L’Entrepôt (sound system)
08.12.2016 – Cholet (49) – Le Barou’f
09.12.2016 – Niort (79) – Camji
10.12.2016 – Limoges (87) – La Fourmi
20.01.2017 – Dunkerque (59) – L’Entrepôt
21.01.2017 – Paris (75) – Le Nouveau Casino

Retrouvez les dernières infos sur la page Facebook.

Publicités

Tagué:, ,

2 réflexions sur “Rencontre avec Jahneration

  1. […] un très bon EP en 2013, Théo et Olgach confirment avec un premier album étincelant ! Jahneration concocte des productions qui marient à merveille tradition et modernité. Leur musique mêle […]

    J'aime

  2. […] le groupe par ici. Retrouvez aussi l’interview-fleuve exclusive ainsi que la session acoustique par là. Prêt à sautiller avec […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :