Review du mois : Mystic Eyes – « Mysterious »

artiste reggae jamaicain, Mystic Eyes

« Mysterious » – 1979 (réédité en 2016)

Faute de temps, il n’y aura pas eu de review en avril mais ce mois-ci je me rattrape avec l’album « Mysterious » publié par le groupe Mystic Eyes en 1979 !

Mystic Eyes est un trio qui rassemble Lee Clarke, Balvin Fials et Anthony Johnson. Ce dernier est le plus connus des trois. Il est d’ailleurs toujours en activité et continue d’enregistrer et de se produire un peu partout en Europe. Il a signé une quinzaine d’albums et une belle brochette de singles comme l’un de ses premiers succès: le titre dancehall « Gunshot ». Anthony Johnson est né en 1957 à Kingston. Il vivait avec sa mère dans le cœur de Trench Town, un quartier qui a vu grandir des artistes légendaires tels que The Wailers, Alton Ellis ou Toot’s & The Maytals.

En baignant dans cette atmosphère, Anthony Johnson a rapidement trouvé sa vocation. Il a commencé à chanter et à enregistrer au milieu des années 70. En parallèle, il a rencontré Lee Clarke et Balvin Fials dans un camp rasta. C’est à ce moment précis qu’est né le groupe Mystic Eyes, qui pouvait se dire aussi « Mystic I ». En 1978, ils ont enregistré leur premier single au côté d’un certain Lee Scratch Perry au Black Ark Studio. Il s’intitule « Forward With Jah Orthodox ».

L’année suivante le trio publiait son premier album intitulé « Mysterious » sur le label anglais Burning Sound, produit par Linval Thompson. La musique qui émane du studio met parfaitement en valeur les 3 voix. Elles raisonnent avec délicatesse dans l’harmonie la plus totale sur un reggae root’s propre et hypnotisant. Mystic Eyes porte des messages conscients et positifs à l’image de « Must Eat Bread » qui ouvre le disque ou bien du magnifique « Linger A While ». Il livre des messages d’espoir comme « Free Up The Ghetto Children » ou encore « Life Is Not Easy ». L’album affiche aussi une dose de spiritualité avec des textes comme « Born to Love Rastafari » ou bien « One Jah Love For I ». L’album compile 9 titres cohérent et bien fichus. Cet album porte particulièrement bien son titre car à l’époque de sa sortie, il n’a pas trouvé l’écho qu’il méritait. Vu la qualité du disque, c’est « non reconnaissance » reste un mystère ! Il a donc fait partie de la longue liste des « trésors musicaux oubliés de la Jamaïque ». En 2016, Burning Sound lui a redonné vie grâce une double réédition vinyle et CD. Une réédition plus que bienvenue pour un album resté trop longtemps méconnu ! Je vous laisse avec 2 extraits de l’album « Linger A While » et « Life Is Not Easy ». Vous pouvez aussi retrouver son contenu intégral par ici.

Publicités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :