Review Du Mois : The Morwells – « Presenting the Morwells »

 

artiste reggae jamaïcain The Morwells

The Morwells – « Presenting The Morwells »

Dans la famille des rééditions, j’appelle à la barre le groupe jamaïcain, The Morwells et son premier album « Presenting the Morwells » publié à l’origine en 1975. En 2015, le label Ohm Records Inc nous fait l’honneur de le dépoussiérer ! Présentation…

Au départ, The Morwells est le fruit d’une amitié de longue date. Le groupe est créé par Eric Lamont, alias Bingy Bunny et Maurice « Blacka » Wellington, deux amis d’enfance originaires du quartier de Trenchtown (Kingston). Chacun a eu ses expériences dans la musique. Le premier cité a commencé sa carrière à la fin des années 60’s d’abord comme guitariste avant de se mettre naturellement au chant. Le second a travaillé comme disquaire et producteur. En 1974, Louis Davis, alors membre du groupe de Junior Byles, a rejoint le duo. The Morwells trouve sa forme finale et commence rapidement à publier des singles comme par exemple « Cut Them Down ». L’année suivante, le groupe présente déjà son premier album tout simplement intitulé « Presenting The Morwells » qui réunit une partie de ces singles (10 au total). Pour réaliser ce premier opus, le groupe décide de se rendre au célèbre Channel One Studio. Puis, c’est le célèbre Osbourne Ruddock plus connu sous le nom de King Tubby, qui finalise le boulot avec le mixage de l’album !

Pour donner vie aux instrus, le trio a fait appel à des pointures de la musique jamaïcaine. On retrouve une belle harmonie avec la basse de Errol « Flabba » Holt, la batterie de Eric Clarke, la guitare de Earl « Chinna » Smith ou encore le piano d’Ansel Collins. Le groupe nous embarque dans un univers musical au son très brut à l’image des morceaux « Trench Town Way » ou bien encore « You’ve Got To Be Holy ». On retrouve aussi une touche rocksteady avec « Try » et du reggae plus profond qui atteint des sommets avec les morceaux « Bit By Bit » ou encore « Reality ». The Morwells rend aussi un vibrant hommage à la musique jamaïcaine en reprenant des titres phares tels que « Come Home Little Girl » et « Swing And Dine » empruntés aux Melodians, sans oublier « I Don’t Know Why » de Delroy Wilson.

Après le succès de ce premier album et notamment auprès du public anglais, The Morwells publie un second opus baptisé « Crab Race » en 1978, puis un autre l’année suivante. Au début des années 80’s, le groupe se sépare et chacun poursuit sa route. Maurice s’oriente dans la production tandis que Eric Lamont rejoint le célèbre backing band, The Root’s Radics. Le chanteur décède d’une grave maladie en 1993. S’en suivra la mort de Wellington quelques années plus tard. Je vous laisse avec trois extraits du disque « Presenting The Morwells » : « Reality », « Trench Town Way » et « Bit By Bit ». Retrouvez également l’album en libre écoute par ici.

Big Up !

 

Publicités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :