Devi Reed: quand le reggae s’invite à Cuba !

artiste reggae français, Devi Reed - "Ragga Libre" cover

Devi Reed – « Ragga Libre » (2018)

A l’occasion de la sortie de son premier album solo, j’ai eu l’immense plaisir de m’entretenir avec Devi Reed que j’avais déjà eu la chance de rencontrer lors de la sortie du premier EP l’an passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Vie Reggae (LVR) : Salut Devi ! Tout d’abord, merci d’avoir accepté cette seconde rencontre. Que s’est-il passé de ton côté depuis notre première rencontre ?

Devi Reed (D.R) : « Il s’est passé beaucoup de choses. Cet EP nous aura permis de lancer le nom du projet et de participer à de nombreux concerts et festivals. L’été dernier, nous nous sommes notamment produits au Reggae Sun Ska et au Rototom Sunsplash. En 1 an il y a eu pas mal de festivals, de concerts, de rencontres, de retours des gens. Cela a fait avancer notre projet. Ce n’est encore que le début mais j’arrive déjà à prendre un peu de recul par rapport à mon parcours. »

 

LVR : Comment a été accueilli ton EP ?

D.R : « Comme c’est un projet assez différent des Banyans, peut-être que les puristes du reggae root’s s’y retrouvent un peu moins. Mais de manière générale, j’ai été agréablement surpris par la réaction des gens. Nous avons eu d’excellents retours y compris sur les textes en français. C’est même quelque chose qu’on me demandait déjà quand j’étais avec les Banyans. Le public des Banyans continue de me suivre et je touche aussi un public plus large. Comme il n’y avait que 7 titres, le public est resté un peu sur sa fin. C’est pour ça que nous voulions rapidement revenir avec un nouvel album. »

 

LVR : Comment est né le projet de l’album ?

D.R : « Un jour, l’un des deux beatmakers avec lesquels je travaille (ndlr : Devi travaille avec Clément (ancien batteur des Banyansà et Otam) m’a envoyé une instru avec un sample de musique cubaine. J’ai commencé à écrire un truc un peu ragga. On l’a joué en live et ça a été très bien accueilli par le public. La sauce a commencé à prendre. On appréciait beaucoup ce mélange. On a donc composé d’autres morceaux aux sonorités cubaines et latinos. Dès qu’on jouait ces titres-là, les gens dansaient. Nous commencions à avoir pas mal de morceaux de cette couleur. Un soir autour de la table avec toute l’équipe, nous avons finalement acté le fait de sortir un album concept. Notre manager a même proposé de partir à Cuba pour s’imprégner de la culture locale. L’idée a rapidement été validée et nous sommes partis à Cuba ! »

 

LVR : Comment s’est passé ce voyage à Cuba ?                            

D.R : « Nous sommes partis en fin d’année dernière à Cuba. Nous sommes arrivés dans de très bonnes conditions car nous étions en contact avec un label sur place qui travaille avec plein d’artistes. Le label nous a donc mis en contact avec certains d’entre eux. Nous avons pu directement intégrer le milieu qui nous intéressait. Ils nous ont embarqués dans des soirées underground hip hop. Nous avons passé de magnifiques moments et fait un tas de rencontres. C’était une belle aventure humaine et musicale.»

 

LVR : Peux-tu expliquer le tire de l’album « Ragga Libre » ?

D.R : « Il y a un double sens. « Ragga Libre », c’est une référence à « Cuba Libre » qui représente la révolution. C’est une expression très forte à Cuba. Et le second sens, c’est le fait d’avoir pris le ragga et d’avoir cassé quelques codes. Nous sommes sortis des schémas classiques du strict « ragga / reggae / dancehall ». Nous sommes allés vers un ensemble plus subtile qui mélange reggae / ragga / dancehall / Hip Hop / Salsa et parfois même cumbia. Nous avons rendu notre ragga libre ! »

 

LVR : Avec quels musiciens as-tu travaillé ?

D.R : « Nous avons sélectionné les musiciens qui nous semblaient les plus cohérents pour notre projet. Nous avons travaillé avec des musiciens toulousains. Parmi eux, il y a un percussionniste cubain, un joueur de Tres (guitare cubaine) et une section cuivre membre du groupe de musique latine El Gato Negro. Au niveau des voix, j’avais envie de conserver une touche reggae/ragga. Elle est matérialisée par ma voix, mon flow ainsi que les choristes. »

 

LVR : Dans quelles conditions a été enregistré l’album ?

D.R : « Nous avons fait une pré-production dans le studio de répète où nous travaillons. Nous avons passé pas mal de temps à peaufiner nos textes. Nous sommes partis des samples que nous avons rejoués en les modifiant un peu. Une fois en studio, nous avons fait appel aux musiciens pour ajouter les différentes lignes. On a enregistré chaque instrument séparément. On a essayé de s’entourer de bonnes personnes pour que le projet sonne au mieux. Nous avons confié le mixage de l’album à l’ingénieur du son Laurent Dupuy. Il est basé à Londres et a obtenu des grammy awards avec Morgan Heritage ou Chronixx. Il a fait un gros boulot. Nous sommes très fiers du travail accompli. »

 

LVR : De quoi parlent les textes de tes chansons ?

D.R : « Il y a trois langues (français, anglais et espagnol). Je dirais que le message est dans la continuité de l’EP et de ce que j’ai pu faire jusque-là. L’idée, c’est de souffler sur les nuages gris et d’amener un petit ciel bleu aux gens. Avec le lien de Cuba, nous avons fait exprès d’apporter un côté très solaire, positif et dansant. Derrière ce côté lumineux, on retrouve aussi un côté plus engagé et plus spirituel. « Nah Jump » parle du monde qui nous entoure et dénonce certaines atrocités. Enfin, j’aime bien écrire en français pour raconter des choses plus personnelles. Avec « Tout Ira Bien », je raconte mon parcours musical. Sur « Cuida Tu Vida », je m’adresse à un pote comme s’il était en face de moi. »

 

LVR : Peux-tu nous parler des featurings présents sur l’album ?

D.R : « Vu que nous étions à Cuba, nous avions envie de collaborer avec des chanteurs locaux. Sur « Ragga Libre », c’est Yisi Calibre, une rappeuse de Santiago de Cuba. On a eu un beau feeling. Elle rappe super bien avec de très bons textes. Sur « Move And Smile », c’est avec un rappeur qui s’appelle El Individuo. Il a aussi de supers textes qui correspondent parfaitement à notre musique. Donc on a tenu à bosser avec eux. »

 

LVR : Quels sont tes projets à venir ?

D.R : « Le but c’est de défendre cet album sur scène, surtout que c’est un album très festif. Nous avons déjà quelques dates de festivals pour cet été. En parallèle, on travaille sur de nouvelles productions et des featurings. »

 

LVR : Avant de conclure, as-tu quelques chose à ajouter ?

D.R : « Je voulais juste rappeler que l’album a été 100% autoproduit. On passe par notre label Khanti Records. Il n’y a aucun producteur derrière. Quand quelqu’un achète un album, cela nous soutient et nous servira pour financer le prochain album. »

 

LVR : Un dernier message à faire passer aux personnes qui liront cet article ?

D.R : « Si vous voulez vous faire plaisir et que vous voulez un peu de soleil pour cet été, n’hésitez pas à découvrir « Ragga Libre » ! Mais surtout : continuez à écouter beaucoup de musique ! Cela guérit l’âme et ça fait du bien ! Quoi de plus beau ! »

 

Après un premier EP convaincant qui posait les bases musicales de sa carrière solo, Devi Reed revient avec un album très séduisant qui est dans les bacs depuis mai dernier. Il mêle avec brio les rythmes latinos et la musique jamaïcaine. Dansant, festif et positif, cet album prouve une nouvelle fois la force créative des toulousains. Un cocktail musical original qui mérite d’être découvert par tous. « Ragga Libre » vous accompagnera sur les routes pendant vos vacances d’été ! Je vous laisse avec les clips officiels de « Wake Up » et de « Ragga Libre » ainsi que la liste des dates de concerts. Vous pouvez suivre l’actu de Devi Reed par ici et/ou découvrir l’album par-là.

Je tiens à remercier Devi Reed pour le temps qu’il a bien voulu me consacrer et Maxime d’iWelcom pour l’organisation.

Big Up !

 

 

Retrouvez Devi Reed en concert près de chez vous 

22.06 – Toulouse (31) / Connexion Live
23.06 – La Fouillade (12) – Festival Paille à son
13.07 – Caylus (12) / Lac de Labarthe
14.07 – Argeles Gazost (65) / Lapistomaque
20.07 – Néoules (83) / Festival de Néoules – Facebook event
28.07 – Civray (86) / Festival Au Fil du Son
03.08 – Hendaye (64) / TxinGoody Summer #3
05.08 – Frangy (74) – Nomade Reggae – Facebook event
10.08 – Bach (46) – Les apéros de Bach
22.08 – Saint Giron (40) / Tuco Plage
23.08 – Seignosse (40) / Booboozzz
24.08 – Saint Jean de Luz (64) / Le Bel Endroit
15.09 – Puycelsi (81) / Roc Festival
22.09 – Chateaubourg (35) / Emgav Festival
24.11 – Toulouse (31) / Rebel Escape #3

Publicités

Tagué:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :