Episode 2 : Plus loin dans le reggae

Après avoir remis les bases du reggae en perspective, il est temps de présenter quelques ouvrages qui permettent d’explorer les profondeurs du reggae et de sa culture. Tout d’abord, un livre qui permet de mieux comprendre les origines spirituelles du reggae. Le reggae a rapidement retentit hors de Jamaïque. On poursuivra par deux ouvrages qui s’intéressent à sa diffusion internationale.

 

« Le Premier Rasta »

couverture Héléne Lee - "Le premier rasta" (editions flammarions"

Hélène Lee – « Le Premier Rasta » (Editions Flammarion)

Commençons par quelques mots sur l’auteur. Après 10 ans de voyage à travers le monde, Hélène Lee a démarré une carrière de journaliste au sein du journal Libération. Par ses chroniques, elle a mis un coup de projecteur sur les musiques africaines et jamaïcaines. Elle a notamment parlé d’artistes comme Tiken Jah Fakoly ou Alpha Blondy. En parallèle, elle a publié plusieurs ouvrages sur les musiques du monde. En 1999, elle a présenté « Le Premier Rasta » aux Editions Flammarion.

Comment s’est développée la culture rasta en Jamaïque ? Qui en est le père fondateur et quelle influence ont eu des personnalités mystiques comme Marcus Garvey dans le développement de la pensée rasta ? L’auteur mène une vaste enquête visant à retracer l’existence du premier rasta, Leonard Howell. Hélène Lee s’appuie sur des documents officiels et des témoignages de proches et de descendants d’Howell pour dresser son portrait de manière fidèle et réaliste. Le livre propose une approche complète de la culture rasta et de son évolution au fil des décennies. Il aborde tous les aspects de cette culture (rituels, croyances, mode de vie…) et met parfaitement en relief les liens entre son développement et le contexte socio-économique. Au fil du temps, les communautés rastas se sont multipliées en fonction de divergences d’opinions comme les « Mystic Revelation of Jah Rastafari » ou les « Bobos ». Hélène Lee présente les principales caractéristiques de ces différentes communautés. Le livre relate aussi comment les rastas étaient perçus par la société jamaïcaine et comment leur musique est passée de l’ombre à la lumière sous l’impulsion de musiciens tels que le célèbre percussionniste Count Ossie.

C’est une véritable mine d’information pour comprendre Rastafari. Le livre suit en fil rouge la vie d’Howell et va progressivement s’axer sur l’essor de l’idéologie rasta. On apprend comment la musique rasta s’est fondue dans le décor de l’industrie musicale jamaïcaine en finissant par faire le lien avec le reggae. « Le Premier Rasta » a été réédité en 2010 et un film réalisé par Hélène Lee a vu le jour l’année suivante. Je vous laisse découvrir la bande d’annonce.

« Le Reggae En Angleterre 1967-1997 »

couverture Le Reggae en Angleterre Eric Doumerc

Eric Doumerc – « Le Reggae en Angleterre » (Editions Camion Blanc)

Après avoir été découverte par les espagnols, la Jamaïque est passée sous pavillon britannique en 1655. En 1962, l’île a obtenu son indépendance et devenait donc, un état membre du Commonwealth. Ce qui maintenait des liens forts avec l’Angleterre. Entre les années 50’s et 60’s, l’immigration jamaïcaine vers la Grande Bretagne s’intensifiât en emportant avec elle sa culture et sa musique. Ainsi, le public anglais a notamment pu découvrir le ska et le rocksteady : des styles de musique qui ont eu une influence énorme sur la scène musicale anglaise.

A travers ce livre, Eric Doumerc, professeur d’anglais à l’université de Toulouse et spécialiste de la culture caribéenne, nous propose une plongée au cœur du reggae anglais. Le livre est pensé comme une grande étude qui décrit de manière chronologique comment le reggae s’est introduit dans la société anglaise. Découpé en sections / sous sections, cet ouvrage met très précisément en lumière le lien entre le développement du reggae et le contexte politico-social qui régnait en Grande Bretagne. Arrivé sur la pointe des pieds, cette musique a rapidement trouvé son public. Au fil des années, les anglais ont su développer leur propre style de reggae jusqu’à inventer des variantes à l’image du célèbre rythme two tone porté notamment par le groupe The Specials. Eric Doumerc propose un tour d’horizon très complet des principaux artistes anglais tels que LKJ, UB40, Black Slate, Steel Pulse et bien d’autres. C’est un livre qui ne manquera pas d’intéresser toute personne qui cherche à découvrir l’une des principales ramifications du reggae non jamaïcain ! Aujourd’hui l’Angleterre est une des scènes reggae les plus actives au monde.

 

« Reggatta de Blanc »

couverture Vincent Jégu - "Reggatta De Blanc" (les éditions Le Mot Et Le Reste)

Vincent Jégu – « Reggatta De Blanc » (Le Mot Et Le Reste)

Après « Reggae 100 » qui parlait du reggae purement jamaïcain, les éditions Le Mot Et Le Reste ont publié un second ouvrage consacré au reggae. « Reggatta de Blanc » nous propose de pousser le bouchon encore un peu plus loin en s’intéressant à la diffusion du reggae hors de l’île.

Vincent Jégu démarre son analyse par une brève introduction qui remet en perspective le rapprochement naturel entre les musiques reggae et punk qui eut lieu en Angleterre durant les années 60-70’s. Cette union a donné lieu à quelques pépites comme « Police & Thieves » des Clash, « Punky, Reggae Party » de Bob Marley, ou encore « Reggata de Blanc » de The Police. L’auteur s’est d’ailleurs inspiré de ce dernier pour décrire le contenu de son ouvrage !

Le reggae interpelle, fascine et finit par influencer un grand nombre d’artistes internationaux comme Led Zeppelin, Serge Gainsbourg, David Bowie, The Beatles et bien d’autres. Cet ouvrage témoigne de l’influence incroyable du reggae sur un ensemble de styles de musique (pop, électro, jazz, musiques électro, Hip-hop…). Pour mener à bien son analyse, l’auteur s’appuie sur une sélection très éclectique de singles produits par une centaine d’artistes différents. Chaque chronique se présente comme une petite fiche qui présente le groupe et/ou le morceau sélectionné et apporte des explications sur le contexte d’écriture. A la fin des chroniques, l’auteur propose des petites passerelles pour pousser le lecteur à aller encore plus loin. C’est un livre intéressant car il démontre l’engouement que les musiques jamaïcaines ont suscité sur des artistes qu’on n’a pas forcément à l’esprit quand on pense « reggae ». Malgré tout, le terme « reggae » est à prendre dans un sens très large car l’auteur évoque parfois des titres qui présentent d’infimes sonorités jamaïcaines.

Pour patienter jusqu’au dernier épisode, voici une petite playlist de reggae international !

Big Up !

 

Tagué:

Une réflexion sur “Episode 2 : Plus loin dans le reggae

  1. Samba Sognane juin 16, 2019 à 1:54 Reply

    Merci pour les infos

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :