« Mais qu’elle est bleue »

Les africains se sont imprégnés des ballades folk américaines en y ajoutant des caractéristiques propres du Worksong (voix puissante des chanteurs et manière de chanter) pour créer leur propre style musical. Le Blues trouve son essence au sein de la population noire du Sud des Etats-Unis. Le blues exprime des sentiments tels que le la déprime ou le cafard. Le blues a inspiré de nombreux styles de musique : jazz, rhythm and blues, rock…

Le Blues symbolise l’affranchissement des esclaves, cette liberté se traduit par les « blues note ». Les africains ont cassé les codes de la musique traditionnelle pour se démarquer des occidentaux et imposer leur empreinte personnelle. Ils ont inventé de nouveaux accords, en contretemps, afin de mieux mettre en valeur les particularités vocales des africains. Le blues se caractérise par un tempo médium (ou lent). Les morceaux sont souvent de courte durée. Les textes sont des récits autobiographiques abordant des situations de la vie quotidienne : amour, malheur, alcoolisme, drogue, racisme… Généralement, les thèmes sont plutôt moroses.

Chaque temps est divisé en 3 croches, dont on ne marque que la première et la dernière. On parle de Shuffle pour désigner ce rythme. Les bluesmen privilégient les textes aux accords qui pouvaient être très limités comme sur les « Talking Blues », ou blues parlé dans lesquels, le tempo n’était pas toujours clairement identifiable. Au fil du temps, le blues s’entoure de nouveaux instruments : guitare, banjo, harmonica, tuba, ou l’utilisation du piano qui donnera naissance au ragtime.

Le ragtime : une des premières formes de jazz

Jazz, 1902 Le premier jazzman Jelly Morton Roll

Dans les années 20, se développe le Boogie Woogie, un dérivé de blues, plus rythmé et emmené par un piano.

Puis, le Rhythm and Blues fait son entrée. Il s’agit d’un dérivé du blues plus rythmé, les cuivres et surtout le saxophone sont  les instruments phares de ce mouvement accompagnés par la batterie. Il est également marqué par des voix puissantes des chanteurs et des textes nettement plus gais que dans le blues. Le Rhythm and Blues (ou R&B pour les intimes) dessine les contours de ce qui deviendra par la suite le rock. Avec le Rhythm&Blues, le jazz nous obtenons ainsi tous les ingrédients qui vont inspirer les jamaïcains.

Un petit exemple de morceau R&B : Wilson Pickett – Peacebreaker

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :